• Home
  • ymkwncuy
  • La fête des Mères est une occasion de réfléchir sur ladoption

La fête des Mères est une occasion de réfléchir sur ladoption

first_img À la fête des Mères cette année, je vais réfléchir sur la manière dont mes deux mères, ma mère biologique et ma mère actuelle, et ma vie personnelle et ma vie professionnelle sont reliées par une joie de vivre acadienne. La situation financière de ma mère biologique était incertaine lorsqu’elle m’a confiée en adoption. Elle avait alors souhaité que sa nouveau-née soit entourée d’amour au cœur d’une famille acadienne. Elle voulait que je grandisse dans un foyer bilingue et que je connaisse la culture française. J’ai été prise en charge dans un foyer d’accueil pendant six mois, le temps qu’on trouve une famille adoptive appropriée. Une famille acadienne de Meteghan River a ensuite reçu l’approbation nécessaire pour m’adopter. Les volontés de ma mère biologique ont été respectées et j’ai été élevée dans ma culture. Je suis heureuse que cela ait été une priorité pour les Services communautaires. J’ai appris combien notre culture était solide, dynamique et résiliente en voyageant dans le monde avec une troupe de danse. Cette année, à la fête des Mères, je vais aller visiter ma mère adoptive qui vit dans la maison voisine de la mienne. Mes deux filles vont probablement se joindre à nous sur la galerie pour admirer les fleurs. Plus tard, mon mari préparera le repas et nous passerons du temps ensemble, en famille. Comme fils de parents nourriciers qui ont accueilli plus de 50 enfants, il a toujours su bien apprécier et bien comprendre les rôles de l’accueil et de l’adoption. J’ai toujours admiré le solide esprit communautaire de sa famille. Je crois que mes parents sont des gens remarquables qui ont donné à un enfant la possibilité de devenir la personne qu’il est. J’ai toujours été tellement fière que mes parents me choisissent. Quand j’étais enfant, je me présentais comme un enfant adopté. Cette attitude d’ouverture a incité les autres à discuter leur histoire avec moi et, finalement, elle m’a persuadée de faire carrière en travail social. C’est le désir de redonner aux autres qui m’a décidée à me lancer en travail social. Une des premières occasions où j’ai pu le faire s’est présentée au début de ma carrière à Digby. Deux enfants ont pu être confiés aux soins d’une famille magnifique. Tout récemment, je suis allée participer à une compétition de danse où j’ai vu la fille adoptée occuper le devant de la scène. Cela m’a rendue tellement heureuse. C’est exactement ce que je souhaitais pour elle. Elle est talentueuse, ambitieuse et une merveilleuse étudiante. Après la fête des Mères, je vais retourner au 10 Starrs Road à Yarmouth, où je travaille comme directrice régionale pour les Services communautaires. C’est dans cet édifice que j’ai été confiée à des parents nourriciers et ensuite à mes parents adoptifs, et c’est là où je travaille maintenant. C’est dans cette communauté qu’on s’est occupé de moi. Il y a peu de bébés pour adoption aujourd’hui. Nous avons besoin de familles d’adoption qui voudront accueillir des enfants de plus de huit ans, de grands groupes de frères et de sœurs, des enfants qui ont des besoins médicaux ou spéciaux, et nous avons aussi besoin de familles afro-néo-écossaises. Nous sommes intéressés à parler à des parents qui voudraient devenir parents nourriciers. Ils peuvent êtres célibataires, mariés, un couple de même sexe ou travailler à la maison ou à l’extérieur de la maison. En tant que travailleuse sociale et en tant que maman, je crois que tous les enfants méritent d’être aimés et de pouvoir s’épanouir. Pour plus d’information, visitez le http://novascotia.ca/coms/fr/index.html . -30- Le texte qui suit a été préparé par Janelle Comeau, une directrice régionale à Yarmouth pour le ministère des Services communautaires.last_img

admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *